Comment les abeilles choisissent-elles leur reine et quelles sont les étapes de son intronisation?

L’univers des abeilles est fascinant et complexe. C’est une société organisée, hiérarchisée et surtout dotée d’un système de reproduction unique. La reine, figure emblématique de la ruche, joue un rôle crucial dans le bon fonctionnement et la survie de la colonie. Mais comment les abeilles choisissent-elles leur reine? Et quelles sont les étapes de son intronisation? C’est ce que nous allons découvrir.

Le choix de la reine

Le choix d’une reine dans une colonie d’abeilles n’est pas le résultat d’un vote ou d’un quelconque consensus parmi les ouvrières. En réalité, c’est la nature même des abeilles et leur instinct qui déterminent qui sera la nouvelle reine.

En parallèle : Le comportement de jeu chez les otaries est-il similaire à celui des chiens?

Lorsque la colonie a besoin d’une nouvelle reine, soit à la suite du décès de la précédente, soit parce que la colonie est devenue trop importante et qu’il est temps de créer un nouvel essaim, le processus est toujours le même. Les ouvrières sélectionnent une petite quantité de larves, généralement moins de cinq jours après leur naissance. Ces larves privilégiées sont alors nourries avec de la gelée royale, une substance spéciale produite par les abeilles ouvrières.

La gelée royale est essentielle pour le développement de la reine. Contrairement aux abeilles ouvrières qui sont également nourries avec du pollen et du nectar, les futures reines ne se nourrissent que de gelée royale. C’est cette alimentation exclusive qui leur permet de se développer en reine : elles grandissent plus rapidement et deviennent plus grandes que les ouvrières, avec un système de reproduction complètement développé.

Lire également : Quelles sont les conséquences de l’acidification des océans sur les crustacés?

L’élevage de la reine

Une fois que les larves ont été choisies et nourries avec de la gelée royale, elles sont placées dans des cellules spéciales, appelées cellules royales, qui sont plus grandes que les cellules ordinaires de la ruche. Ces cellules sont souvent construites à la verticale et prennent la forme d’une petite arachide. Elles permettent à la future reine de se développer pleinement.

Environ huit jours après le début de leur alimentation avec la gelée royale, les larves se métamorphosent en nymphes. C’est à ce moment que les ouvrières scellent les cellules royales avec de la cire. Les nymphes resteront à l’intérieur pendant environ sept jours, pendant lesquels elles se métamorphoseront en abeilles adultes.

L’intronisation de la reine

Après environ seize jours depuis le début de leur alimentation à la gelée royale, les nouvelles reines sont prêtes à éclore. Et c’est là que les choses deviennent vraiment intéressantes. En effet, la ruche ne peut pas avoir plus d’une reine. Par conséquent, la première reine qui émerge de sa cellule royale cherche immédiatement à tuer ses concurrentes encore enfermées.

Si deux reines éclosent en même temps, elles se battront à mort. La gagnante de ce combat sera la nouvelle reine de la ruche. Il est également possible que la vieille reine et la nouvelle reine s’affrontent. Dans ce cas, le combat est généralement fatal pour la vieille reine.

La vie de la reine

Une fois intronisée, la vie de la reine commence vraiment. Elle passe les premiers jours de sa vie adulte à se développer complètement et à s’orienter dans la ruche. Ensuite, elle réalise un vol nuptial durant lequel elle s’accouple avec plusieurs mâles qui meurent après l’accouplement. Puis, la reine retourne à la ruche et commence à pondre des œufs, jusqu’à 2000 par jour pendant plusieurs années.

La reine est constamment entourée et soignée par les abeilles ouvrières. Elles la nourrissent, la nettoient et la suivent partout où elle va. En retour, la reine produit des phéromones qui maintiennent la cohésion de la colonie et suppriment le désir de reproduction des ouvrières.

L’apiculture et la reine

Pour l’apiculteur, la gestion de la reine est un élément essentiel de l’apiculture. Que ce soit pour remplacer une reine vieillissante ou malade, pour éviter un essaim ou pour augmenter le nombre de ses ruches, l’apiculteur doit savoir créer de nouvelles reines. Cela passe par l’élevage de reine, une technique qui nécessite des connaissances, de l’expérience et du matériel spécifique comme des cadres à cupules pour élever les reines, des cages d’introduction pour introduire la nouvelle reine dans la ruche, ou encore des cellules en plastique pour le transport des reines.

Chaque colonie d’abeilles a sa propre dynamique, ses propres défis et ses propres récompenses. Comprendre le fonctionnement de la colonie et le rôle de la reine est essentiel pour tous ceux qui s’intéressent aux abeilles, que vous soyez un apiculteur professionnel, un amateur ou simplement quelqu’un qui admire ces incroyables créatures.

La communication entre la reine et la colonie

Dans la société des abeilles, la communication est un élément essentiel pour le bon fonctionnement de la colonie. La reine abeille, en tant que figure centrale de la colonie, joue un rôle majeur dans ce processus. En effet, la reine produit des phéromones spécifiques, connues sous le nom de phéromones royales, qui sont vitales pour la régulation du comportement de la colonie.

Ces phéromones ont plusieurs fonctions. Elles signalent la présence de la reine à la colonie, elles suppriment le développement des ovaires chez les abeilles ouvrières, empêchant ainsi toute compétition pour la reproduction, et elles peuvent également influencer le comportement des abeilles ouvrières, par exemple en incitant à la récolte de nourriture.

La communication entre la reine et les ouvrières est donc un élément clé de la cohésion de la colonie. Sans cette communication chimique, la colonie pourrait se diviser, conduisant à la création d’un nouvel essaim avec une nouvelle reine.

Si la reine meurt ou si elle devient moins productive avec l’âge, la production de phéromones diminue, ce qui peut conduire les ouvrières à initier le processus de création d’une nouvelle reine. Ainsi, même en l’absence de la reine, la colonie peut survivre et se reproduire.

L’impact des reines fécondées sur la colonie

Une fois que la reine vierge a effectué son vol nuptial et a été fécondée, elle devient une reine fécondée et commence sa tâche principale : la ponte des œufs. En effet, une reine fertilisée peut pondre jusqu’à 2000 œufs par jour, ce qui est essentiel pour le maintien de la colonie.

La reine fécondée assure également la diversité génétique au sein de la colonie. En effet, lors de son vol nuptial, elle a la possibilité de s’accoupler avec plusieurs mâles, ce qui signifie que les œufs qu’elle pondra par la suite auront différents pères. Cette diversité génétique est bénéfique pour la colonie, car elle augmente la résilience de la colonie face aux maladies et aux variations environnementales.

Cependant, le cycle de vie de la reine est finalement limité. Après plusieurs années de ponte intensive, la reine s’épuise et sa productivité diminue. Les ouvrières détectent alors ce déclin et se préparent à élever une nouvelle reine. Ainsi, le cycle de vie de la reine et la survie de la colonie sont intimement liés.

Conclusion

La vie de la ruche et de ses habitants est une mécanique bien huilée et fascinante. La reine, figure centrale de la colonie, est choisie, élevée et intronisée par le biais d’un processus naturel et complexe, régulé par le comportement des abeilles ouvrières et les signaux chimiques produits par la reine elle-même.

La reine abeille, par sa simple existence et les phéromones qu’elle produit, régule le bon fonctionnement de la colonie. Sa fécondation assure la diversité génétique et donc la pérennité de la colonie face aux maladies et aux changements de l’environnement.

Enfin, l’apiculteur, en comprenant le rôle et le cycle de vie de la reine, peut intervenir pour soutenir la colonie, que ce soit en élevant de nouvelles reines, en remplaçant une reine vieillissante, ou en gérant la taille et la santé de la colonie en fonction des besoins de la reine.

Ainsi, le monde des abeilles, bien qu’infinitésimal à l’échelle humaine, est un univers complexe et fascinant, dont la reine est la clef de voûte.